logo de Rebs

Le Réseau des EHPAD Béarn et Soule

Créé le 5 octobre 2016, le Réseau des EHPAD Béarn et Soule s’est développé pour partager une culture gérontologique commune. Cette collaboration entre les adhérents permet de nombreuses actions mutualisées favorisant l'adaptation au nouveau paradigme médico-social.

logo de Rebs

Connexion

image de slider 1

Le REBS

Souhaitant développer une culture gérontologique partagée comme l’esprit du Réseau des EHPAD du Pays-Basque, le REBS a pu se construire avec le soutien financier du Département.
Un réel dynamisme existe à ce jour entre les 41 structures adhérentes, en témoignent les actions listées ci-dessous :

image de slider 1
Contactez-nous

actualités

image actu 12

La qualité de vie au travail au coeur de nos EHPAD

Le secteur médico-social est aujourd’hui en souffrance et subit de fortes contraintes de performance. Absentéisme, turn-over, maladies professionnelles mais aussi problème d’attractivité et de recrutement impactent de façon négative les établissements. L’activité évolue doublement de par l’augmentation du nombre de résidents plus âgés et l’apparition de nouvelles pathologies, mais aussi de manière réglementaire (par la mise en place des Contrats pluriannuel d’objectifs et de moyens, des évaluations…) et structurelle (fusion, regroupement...). L’augmentation de ces contraintes influencent la manière de réaliser le travail, le contenu des métiers, et au final le sens du travail.   La qualité de vie au travail, qu’est-ce que c’est ? Forgée il y a quarante ans, la notion de qualité de vie au travail a été adoptée progressivement dans les institutions et les établissements sanitaires et médico-sociaux, en lien direct avec les problématiques de sécurité et de qualité des soins. La notion de qualité de vie au travail correspond à un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement qui englobe l’ambiance, la culture de l’entreprise, l’intérêt au travail, les conditions de travail, le sentiment d’implication, le degré d’autonomie et de responsabilisation, l’égalité, un droit à l’erreur accordé à chacun, une reconnaissance et une valorisation du travail effectué (dictionnaire droit du travail).    Un projet innovant   Quatre EHPAD se sont inscrits volontairement dans un projet d’expérimentation concernant la mise en place d’une démarche qualité de vie au travail. Il s’agit des résidences : l’Arribet et unités soleil, Le Beau Manoir, Les Chênes et le Luy de Béarn. L’objectif est de créer une stratégie « sur mesure » pour infuser toutes les pratiques de l’établissement afin de concilier : l’amélioration des conditions de travail, le développement de la qualité de service, la promotion de la santé des salariés et le bon fonctionnement des organisations et de l’efficacité économique. Ce projet permettra de faciliter l’appropriation par les établissements d’une politique de fond sur la qualité de vie au travail et ainsi affirmer notre volonté de remettre au cœur du projet d’établissement la question du travail et son organisation, afin que la qualité de vie au travail devienne un réflexe pour toutes les équipes et fasse partie intégrante de leur culture professionnelle. Mais aussi, qu’elle ait un effet induit sur la bientraitance des usagers. Dans le cadre de ce projet, une Infirmière référente qualité interviendra durant 6 mois dans les quatre établissements et aura pour mission principale d’élaborer un diagnostic qui servira de base pour la mise en place de plans d’actions communs et individualisés entre chaque EHPAD.   Maïté DELBECQUE Directrice EHPAD Les Chênes (Artix)

lien actu 12
image actu 11

Que se lève la dent : genèse d'une avancée majeure

Nouste Soureilh, au sein de la Direction Autonomie, Santé, Solidarités Petite Enfance (ASSPE), a obtenu en 2017 un appel à candidature « PÔLE RESSOURCES DE PROXIMITÉ » permettant depuis avril dernier de mettre en œuvre une itinérance de soins bucco-dentaires. Cette problématique en EHPAD ayant été justement identifiée, depuis de nombreuses années, comme une priorité par l'ARS de Nouvelle-Aquitaine.   En effet, le défaut de prévention et de soins bucco-dentaires entraîne de très nombreuses conséquences sur la santé dont voici une illustration non exhaustive : troubles de la déglutition et de la digestion, risque sévère de malnutrition, majoration du risque de fausse route, risque de décompensation diabétique, augmentation des mycoses buccales, adhésion médiocre des prothèses dentaires, conséquences cardio-vasculaires notamment au travers du risque d’infarctus du myocarde en cas de parodontite pouvant favoriser l’athérosclérose et les thromboses artérielles, risque de faire une endocardite infectieuse, augmentation des risques infectieux et notamment des infections pulmonaires, troubles de l’équilibre et chutes, douleurs, atteinte à l'intégrité corporelle et à l'image de soi. Plus globalement, concernant les seniors et les personnes en situation de handicap, le constat d’une majoration de la dépendance et/ou du handicap est manifeste et systématique.   Les causes d’une telle carence sont connues et ont principalement trait à l’absence et/ou au manque d’informations auprès de certaines familles pour les personnes accompagnées en institution, à un coût prohibitif de certains soins, notamment en termes de transports (non remboursés par l’assurance maladie) et de reste à charge, ainsi qu’à un manque de formation des professionnels de soin en structures médicalisées.   Si les Conseils De l’Ordre (CDO) des Chirurgiens-dentistes se montrent traditionnellement réticents à de telles modalités d’itinérance de soins, le CDO régional comme celui des Pyrénées-Atlantiques semblent faire exception, le projet en question ayant été maturé depuis maintenant plus de deux ans en lien étroit avec Laëtitia DARRIEUTORT, jeune professionnelle rattachée à ces deux organismes, et dont l’implication s’est avérée déterminante dans la conception et le démarrage du projet. Signe également d’une évolution significative sur la question, la professionnelle recrutée sur ce projet innovant – Mme Maguelone-Séquéval est elle-même Chirurgien-dentiste et ordinale du Conseil de l’Ordre du département !   Concrètement, depuis avril 2019, est donc expérimenté la mise en place de soins bucco-dentaires itinérants à destination de 5 structures relevant du champ de la grande dépendance et du handicap : Nouste Soureilh, Les Lierres, L’Esquirette, Le Luy de Béarn et l’ARIMOC.   Ces 5 structures vont ainsi pouvoir bénéficier de la présence d’une dentiste, Mme SÉQUÉVAL donc, une journée par mois pour des bilans, de la prévention, des soins conservateurs, dans le strict respect des principes généraux du code de déontologie des chirurgiens-dentistes, et prenant en compte toutes dispositions pour que soient assurées la qualité, la sécurité, la confidentialité et la continuité des soins telles que définies aux articles R4127-204 et R4127-270 du CSP.   Il s’agit, sinon d’une innovation stricte sur le territoire – d’autres expérimentations au niveau national ayant tendance à se développer – mais du moins d’une avancée majeure dans nos structures où en moyenne 75% de nos résidents n’ont eu aucun suivi dans les 5 années précédentes.   Cette opération, financée par l’ARS Nouvelle-Aquitaine, s’avère ainsi au final un bon moyen d’évaluer la pertinence d’un tel dispositif pour notre secteur et d’envisager ainsi quels élargissements pourraient être réservés à une telle expérimentation dans un avenir proche.   Dorothée NOUGUÉ-CAZENAVE Directrice Adjointe EHPAD Nouste Soureilh (Pau)

lien actu 11
image actu 9

Succès pour le colloque

Le 20 mars dernier a eu lieu le 3ème colloque organisé par le REBS. Il avait pour thème « Quelle politique demain pour le grand âge ? ». Il a rassemblé près de 220 personnes venant d’établissements différents : EHPAD, services d’aide à domicile et services infirmiers, CCAS, Conseil Départemental… Ce fut une journée fortement appréciée tant par la qualité des intervenants que par la multitude de professionnels représentés. Le film « Un certain regard » a été produit par le REBS et réalisé par Jérôme LECAMUS. Sa diffusion a provoqué une vive émotion et les participants ont pu échanger avec les membres de l’équipe (réalisateur, acteurs…) présents sur place. Les produits consommés lors du repas provenaient de producteurs locaux. Ils ont été très appréciés par les personnes présentes.  La multitude de professionnels qui se trouvaient autour de la table ronde (ARS, HAS, Conseil Départemental, représentants des EHPAD et des SSIAD…) ont permis des échanges riches et divers, alimentés par les interrogations et remarques récoltées le matin auprès des participants. Le REBS est donc ravi du déroulé de l’ensemble de la journée et espère rencontrer d’autres succès comme celui-ci.

lien actu 9

Recevez toute l'actualité du REBS

Les membres du REBS